Alliaire Officinale


L'alliaire, Alliaria petiolata, pousse partout en France en dehors de la région méditerranéenne, en lisière de bois, de haie, au bord des cours d'eau. Il s'agit aussi d'une plante rudérale, poussant donc dans les décombres, dans des sols riches en nitrates, à proximité des habitations.

Elle forme des rosettes de feuilles d'où s'élèvent des tiges, légèrement ramifiées, pouvant atteindre 0,80 m voire 1 m de hauteur. Celles-ci portent des feuilles vert tendre, un peu gaufrées et dentées, arrondies vers la base puis devenant triangulaires. L'alliaire fleurit abondamment au printemps. Elle porte des corymbes de petites fleurs blanches (à quatre pétales, comme toutes les fleurs de la famille des Brassicacées) qui, nectarifères, accueillent plusieurs insectes dont des abeilles solitaires. La floraison laisse la place à des fruits, de longues et minces siliques qui s'ouvrent à maturité pour libérer de petites graines striées, ocre ou brunes.

L'alliaire est une plante vivace ayant le comportement d'une bisannuelle. Expliquons nous : la première année, elle forme une rosette de feuilles qui ne fleurira que l'année suivante. La troisième année, le plant redémarre à nouveau à partir de bourgeons souterrains. L'alliaire peut ainsi s'étendre et vivre de nombreuses années. Elle est d'ailleurs considérée comme une plante invasive au Canada et aux États-Unis où la propagation de ses graines est interdite.

Le feuillage de l'alliaire peut évoquer celui des orties mais, outre qu'il n'est absolument pas piquant, il s'en distingue nettement en dégageant une savoureuse odeur aillée. Une fragrance que développent aussi les petites fleurs blanches de l'alliaire et qui explique le nom de la plante. Celui-ci, datant du XVIe siècle, dérive en effet du latin allium qui désigne l'ail. On comprend aussi aisément que l'alliaire soit encore appelée « herbe à l'ail » ou « julienne à l'ail ».

Les anglo-saxons surnomment cette plante garlic mustard, ail-moutarde. C'est qu'à l'odeur d'ail de l'alliaire s'ajoute la saveur brûlante de ses graines et de sa racine. Les semences de l'alliaire contiennent les mêmes huiles que les graines de moutarde noire ; elles sont depuis fort longtemps utilisées en condiment ou comme ersatz au poivre. Récoltée en automne, la racine de cette plante peut être broyée pour confectionner une pommade que l'on consomme comme on le fait de la crème de raifort.

Comme beaucoup de plantes de la famille des Brassicacées, l'alliaire est riche en vitamine C ; elle possède donc des vertus antiscorbutiques. C'est également une plante expectorante que l'on utilise fraîche, en infusion (30-50 g/litre d'eau), pour lutter contre les bronchites. Mais l'alliaire est surtout réputée pour ses propriétés antiseptiques et détersives. En 1666, Simon Pauli remarquait : « Elle résiste à la pourriture qu'elle déterge et modifie les ulcères putrides et sordides. » Ainsi, l'alliaire assainit les plaies anciennes et les ulcères et hâte leur cicatrisation. Son suc frais est appliqué en pansement renouvelé tous les jours jusqu'à la guérison, ou bien en décoction pour traiter l'impétigo et les engelures ulcérées.

Source: https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/687/alliaire

Espèce : Alliaire
Famille :
Nom latin : Alliaria petiolata
Lot indicatif : non précisé



Alliaire Officinale




Gallerie